Sauter au contenu de la page
Texte petit Texte moyen Texte grand Glossaire Plan de site Ajuster la taille du texte Version texte et imprimable Accueil
L’environnement, une idée fructueuse : tronc commun, embranchements et nœuds complexes
Tom Berryman explore les questions d’environnement depuis le milieu des années 1970. Après un baccalauréat en biologie, il a complété une maîtrise et un doctorat en éducation. Il mène présentement une recherche postdoctorale sur les dimensions écologiques de l’identité par la pratique de l’histoire de vie. Marcher en forêt l’aide à réfléchir aux diverses approches de l’environnement.

Nos multiples rapports avec les arbres illustrent bien la diversité des liens que nous entretenons avec notre environnement.

Arbre! Pensez arbre! Fermez les yeux quelques instants et laissez votre imaginaire s’imprégner du mot arbre.

Et alors? Un arbre? Des arbres? Une forêt ou un paysage forestier? Êtes vous seul? en famille? entre amis? Est il question de travail, de loisirs ou d’études? Des questions sociales et écologiques surgissent elles aussi parmi vos images mentales?

Les images ayant « germé » dans votre esprit proviennent peut être d’arbres dans votre histoire personnelle : arbre planté pour souligner votre venue au monde, balançoire suspendue à une branche, cabane ou abri dans un arbre, se hisser dans un arbre de branche en branche, feuilles pour jouer en automne, ombre fraîche de la canopée en plein été, tronc où s’adosser pour se reposer, écoute de la brise agitant branches et feuilles, marche en forêt, hébertisme, cueillette de bois mort pour un feu, geste fort différent selon qu’on est un campeur nord-américain ou une femme au Sahel qui doit marcher longtemps pour trouver le précieux bois, combustible essentiel pour faire cuire le maigre repas.

Page précédente Page suivante 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Voir des extraits de films
À la défense de la forêt ancienne
 
Extrait  (2:09) 1993, réalisation : John Edginton
 
 
Une compagnie forestière de la Colombie-Britannique est mandatée par une multinationale néozélandaise pour faire de la coupe à blanc dans une forêt canadienne. Dans l'économie mondialisée, ce genre d'arrangement est de moins en moins rare. Les critiques de la mondialisation, un phénomène qui ne répond pas à une seule définition, soutiennent qu'elle sape les efforts des pays et des individus pour protéger l'environnement, et qu'elle creuse l'écart entre les riches et les pauvres.